Retrouvés et recherchés

Retrouvés et recherchés

L’exposition itinérante #StolenMemory autour des objets personnels de prisonniers des camps de concentration est ou-verte

Le 14 août 2020, les Arolsen Archives inaugurent la nouvelle exposition itinérante en plein air, #StolenMemory, à Messkirch, dans le sud de l’Allemagne. Cette exposition est consacrée aux effets personnels et à leur restitution aux proches de victimes du nazisme. Depuis le début de l’opération de recherche des proches en 2016, les Arolsen Archives ont restitué, chaque année, plus de cent biens aux familles d’anciens prisonniers.

  • À partir du mois d’août 2020, l’exposition #StolenMemory va voyager à travers vingt villes aux quatre coins de l’Allemagne dans le cadre de l’opération de promotion de la « Culture dans l’espace rural » (par la déléguée du Gouvernement fédéral allemand à la culture et aux médias). L’exposition est présentée dans un conteneur maritime qui s’ouvre et invite les visiteurs à entrer.

  • Les objets présentés sont des effets personnels qui ont été confisqués aux prisonniers à leur arrivée dans les prisons et camps de concentration des nazis et ont été conservés jusqu’à aujourd’hui.

  • En plus de l’exposition matérielle et d’un site Internet dédié, #StolenMemory c’est aussi une application en réalité augmentée, récemment développée, qui présente des portraits vidéos de proches des victimes, ainsi que leur histoire en lien avec les objets exposés.

  • Sur le nouveau site Internet interactif de l’exposition stolenmemory.org, on retrouve les thèmes de l’exposition et trouve de plus amples informations en ligne.

     

 

#StolenMemory : un stylo-plume, une montre ou quelques photos

Les effets personnels sont les objets que le personnel des camps confisquait aux prisonniers à leur arrivée dans les prisons et camps de concentration des nazis. Il s’agit entre autres de stylos-plume, d’alliances, de montres et aussi de photos. Dans les années 60, ces objets ont été transférés aux Arolsen Archives. Cette institution considère qu’il est de son devoir de restituer ces biens personnels aux familles des victimes. Les Arolsen Archives conservent encore environ 2 500 effets personnels.

L’objectif : attirer l’attention et obtenir du soutien

Outre des informations contextuelles sur les Arolsen Archives, l’exposition met en avant deux aspects du sujet : La partie intitulée « Retrouvés » évoque les effets personnels qui ont déjà pu être restitués, tandis que la partie « Recherchés » concerne les effets qui n’ont pas encore pu être rendus. Le message suivant revêt donc une grande importance : tout le monde peut aider les Arolsen Archives dans la recherche des familles et la restitution des objets. Avec l’aide de volontaires des Pays-Bas, de Pologne, de France et d’autres pays, les Arolsen Archives ont déjà pu restituer bien plus de 400 souvenirs particuliers aux familles de victimes du nazisme.

Sur le nouveau site Internet interactif de l’exposition stolenmemory.org, on retrouve les thèmes de l’exposition et trouve de plus amples informations en ligne.

 

L’importance revêtue par ces effets personnels

« Nombreuses sont les victimes du nazisme qui n’ont laissé aucune trace matérielle à leur famille, car les nazis leur ont tout pris », déclare Floriane Azoulay, Directrice des Arolsen Archives. La restitution des effets personnels est donc souvent une surprise pour les proches : « Certains ne savent rien ou que très peu de choses de ce pan de la biographie de leurs grands-parents, parents, oncles et tantes. » Il est d’autant plus important de rendre ces objets à leur famille. « Souvent, les objets sont les pièces d’un puzzle qui tombent au bon endroit, permettent de fermer une brèche et de reconstruire un lien de proximité avec les membres perdus de la famille », rapporte Floriane Azoulay.

Support us