Beaucoup de familles ne savent toujours rien du sort de l’un de leurs membres après sa déportation. Mais lorsqu’il s’agit de faire une place au souvenir, l’histoire familiale possède une importance considérable.

Les Arolsen Archives effectuent des recherches pour retracer le sort des persécutés, apportent leur aide pour localiser les sépultures et, encore maintenant, réunissent des familles déchirées par le régime nazi. Année après année, nous recevons des demandes concernant plus de 20.000 personnes, et dont les deux tiers sont faites par des membres de la famille de victimes. Ce chiffre demeure élevé, même s’il est désormais rare que les survivants eux-mêmes prennent contact avec les Arolsen Archives. De nos jours, la plupart des demandes proviennent d’enfants et de petits-enfants de victimes. Même après toutes ces années, le traumatisme subi par les victimes se répercute aujourd’hui sur les générations suivantes, qui veulent connaître leur passé et retrouver leurs racines pour mieux comprendre leur histoire familiale. Souvent, les survivants des persécutions nazies ne pouvaient ou ne voulaient pas parler de ce qui leur était arrivé. Un secret de famille peut également être en cause, comme une naissance hors mariage ou une famille abandonnée. Lorsque les générations de leurs parents et de leurs grands-parents ont disparu, beaucoup éprouvent un besoin profond d’en savoir plus sur leur passé et saisissent toutes les occasions de retrouver des traces de leur histoire familiale ou de leurs proches disparus.

René Manu

»Il ne reste rien, ni papiers, ni photos, ni vêtements, ni jouets, absolument rien de ce qu’il y avait avant et pendant la Shoah. C’est la raison pour laquelle les trois reproductions datant de l’emprisonnement de mon père en camp de concentration sont particulièrement importantes pour moi. Ce sont les trois uniques documents qui subsistent de sa vie d’avant sa libération.«

René Manu, le fils de Daniel Manu, un Juif grec de Thessalonique que les nazis ont déporté, avec toute sa famille, au camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Daniel Manu a été le seul à survivre.

Cherchez-vous des informations sur les victimes des persécutions nazies ?

Nous vous remercions de remplir le formulaire en indiquant toutes les informations que vous avez sur les membres de votre famille. Nous serons heureux d’effectuer les recherches pour vous !https://arolsen-archives.org/fr/rechercher-decouvrir/demandes/soumettre-demande/

Vers le formulaire

Comment les Arolsen Archives répondent-elles aux demandes de recherche ?

Nous pouvons répondre à plus de la moitié de toutes les demandes grâce aux informations contenues dans les documents de nos archives. Nous envoyons la copie intégrale des documents correspondant aux demandes, en y ajoutant des notes de bas de page qui expliquent d’où vient le document, pourquoi il a été établi, et donnent également de nombreux autres renseignements. Nous vous faisons également parvenir des suggestions et des adresses pour vous permettre de poursuivre vos recherches. Si vous avez besoin de plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter : nous pouvons vous envoyer une évaluation des documents sur demande.

Si les archives ne contiennent aucune information pertinente, nous ferons tout notre possible pour vous suggérer des fonds d’archives, des autorités, des administrations ou des centres mémoriels qui seraient à même de vous aider dans vos recherches.

Nous ne pouvons pas toujours vous répondre dans votre langue. Outre l’allemand, les Arolsen Archives peuvent vous répondre en anglais, en français, en polonais et en russe.

Demandes d’Europe centrale et orientale

La terreur nationale-socialiste a été particulièrement forte sur les populations d’Europe centrale et orientale. D’autre part, en raison des conflits est-ouest de la période d’après-guerre, de nombreuses familles n’ont pu rechercher leurs membres disparus exploités comme travailleurs forcés ou déportés dans des camps de concentration. Afin d’attirer l’attention de ces familles sur les services de recherches proposés par les Arolsen Archives, nous travaillons en collaboration avec plusieurs institutions ainsi qu’avec les médias. L’exposition et la campagne #StolenMemory nous donnent également l’occasion de trouver de nouveaux partenaires et de mieux faire connaître nos archives lors de nos recherches dans différents pays. Nous sommes particulièrement désireux d’aider les familles d’Europe centrale et orientale à trouver les informations qu’elles cherchent depuis longtemps, que ce soit à propos du sort de la victime de persécutions, du lieu où elle est morte et a été enterrée, ou de renseignements pour rechercher activement d’autres membres de la famille.

FAQ

Support us
En savoir plus