Des membres de la famille aux scientifiques, des journalistes aux chercheurs amateurs en passant par les survivants eux-mêmes : chaque année, plusieurs milliers de personnes du monde entier se tournent vers les Arolsen Archives pour en savoir plus sur le sort des personnes persécutées par les nazis. Le travail de recherche et d’éducation a été notre mission principale depuis le début et occupe encore aujourd’hui la majeure partie de notre personnel. Pour y parvenir, il faut de l’empathie, connaître l’histoire et les langues étrangères et faire preuve de persévérance.

Nous adressons aux demandeurs des copies de documents qui sont conservés dans nos archives. Ils obtiennent également des conseils sur les domaines dans lesquels il serait utile de poursuivre les recherches. Souvent, les familles veulent aussi venir à Bad Arolsen pour voir les documents originaux. Notre personnel les renseigne ensuite sur le sort du membre de leur famille, leur donne des explications sur les documents et leur fournit des informations contextuelles sur le système de la persécution nazie, le travail forcé ou la vie quotidienne dans les camps de concentration.

Ce service ne s’applique pas uniquement aux familles : nous effectuons également des recherches pour les chercheurs amateurs, les historiens, les journalistes et toute personne intéressée par les persécutions nazies. Chacun est également autorisé à effectuer ses propres recherches sur place et peut compter sur les conseils et l’assistance complets de notre personnel.

Recherche sur place aux Arolsen Archives

 

Parcours de persécution 

De nombreuses victimes ont été persécutées pendant des années, arrêtées plusieurs fois et déportées vers différents endroits. Parfois, la terreur du régime nazi a entraîné ces personnes à travers l’Europe. Les auteurs ont méticuleusement documenté les déportations, les admissions, les cas de maladie et de décès dans les camps de concentration. Ces documents n’ont pas été conservés dans tous les camps. Néanmoins, les Alliés ont saisi de grandes quantités de documents lors de la libération. Par la suite, la collection a été systématiquement élargie afin de pouvoir fournir un maximum d’informations à partir d’une seule source.

Sillonner l’Europe : Par exemple, on a découvert les parcours de persécution des travailleurs forcés survivants et des prisonniers des camps de concentration qui ont émigré en Grande-Bretagne à partir de 1945.

 

Aujourd’hui, le personnel des Arolsen Archives est en mesure de fournir des informations dans plus de 50 % des cas. Souvent, il n’existe que des fragments du parcours de persécution, mais parfois, toutes les étapes d’une victime, de son arrestation à sa mort ou à sa libération, ont été documentées. Cependant, les demandes restent souvent vaines, car les noms des victimes n’ont pas été communiqués : dans les camps d’extermination comme Auschwitz ou dans les fusillades de masse en Europe de l’Est, les meurtriers ne prenaient plus la peine d’enregistrer le nom des personnes.

Sur la piste des destins individuels

« Ce n'est pas un travail, c'est une mission. »

Malgorzata Przybyla travaille aux Arolsen Archives depuis 1992. Elle a déjà répondu à des centaines de demandes, notamment en provenance de Pologne. Elle y met tout son cœur et toute son âme, car il y a toujours de nouveaux défis : les jeunes générations d'aujourd'hui posent des questions très différentes de celles de leurs grands-parents sur les persécutions nazies. La numérisation a révolutionné la façon de travailler. Et chaque recherche fait apparaître des destins individuels qui montrent les répercussions du nazisme sur les populations dans toute l'Europe.

 

Une relation personnelle se développe souvent avec les demandeurs : Malgorzata Przybyla (au centre) avec deux visiteurs à l’été 2019.

 

Mme Przybyla, comment votre travail a-t-il évolué ces dernières années ?

Nous travaillons désormais plus rapidement et plus directement. Aujourd’hui, je peux m’occuper d’une demande du début à la fin. Cela crée une relation beaucoup plus personnelle avec la personne qui a fait la demande. Par le passé, quatre ou cinq collègues étaient souvent impliqués dans un seul processus. Le monde numérique facilite grandement notre travail, notamment la numérisation des autres archives. Aujourd’hui, je peux facilement trouver dans les archives en ligne si quelqu’un est déjà recherché quelque part.

 

Quelles sont les compétences dont vous avez besoin pour votre emploi ?

La connaissance de la langue et du pays est extrêmement importante. Je traite presque exclusivement des demandes provenant de Pologne. Les gens sur place apprécient beaucoup qu’une « compatriote » communique avec eux dans leur langue et fasse preuve d’empathie. Ce pays a été particulièrement touché par les persécutions nazies. Presque toutes les familles ont une histoire à ce sujet. La compassion joue donc un rôle important ; il faut prendre le temps de s’y consacrer.

 

Votre famille a-t-elle également été touchée par la persécution ?

Mon grand-père est mort dans un camp de concentration, donc je ne l’ai jamais connu. C’était important pour ma famille de rendre hommage à cette partie de l’histoire, pour l’éclairer aussi. Presque tous les membres de ma famille sont des historiens amateurs avec beaucoup de connaissances sur la Seconde Guerre mondiale et un grand intérêt pour l’histoire de la persécution nazie : ce sont également des bases importantes pour mon travail ici.

 

Avez-vous appris beaucoup plus sur l’histoire aux Arolsen Archives ?

Oui, surtout au début. J’ai émigré de Pologne en Allemagne à l’âge de 27 ans en tant qu’épouse d’un rapatrié tardif. Malgré tout ce qui a été dit et discuté dans ma famille, mon éducation scolaire reposait sur l’idée que tous les Allemands étaient des criminels. Et seulement les Allemands. Le fait que la Pologne ait été à nouveau envahie par la Russie deux semaines après l’invasion nazie n’a pas été mentionné dans nos leçons d’histoire. Ici, en Allemagne, et notamment aux Arolsen Archives, j’ai rencontré de nombreux opposants allemands et aussi des victimes des nazis. C’est pourquoi je peux aujourd’hui considérer l’histoire de mon pays sous deux angles. C’est ce que j’essaie toujours de transmettre aux gens en Pologne.

 

L’enseignement de l’histoire fait donc aussi partie de votre travail ?

De plus en plus. Dans les années 90, lorsque j’ai commencé mon travail ici, cela ne jouait pas un grand rôle. De nombreux survivants demandaient des certificats concernant leur emprisonnement ou leur déportation, par exemple. Bien entendu, je n’avais pas à leur expliquer ce qu’était un camp de concentration, quelles étaient les procédures qui y étaient appliquées et ce que signifiait la catégorie de prisonnier « criminel professionnel » sur un document.  Dans le pire des cas, ils en avaient fait l’expérience directe. Aujourd’hui, les demandes viennent surtout des enfants, des petits-enfants, parfois même des arrière-petits-enfants.

 

À quoi ressemble une demande typique de ces générations ?

Il s’agit de clarifier le destin, de rechercher l’histoire de sa propre famille : « Dans ma famille, on disait qu’il y avait un oncle qui avait été déporté et n’était jamais revenu. Maintenant, je veux savoir ce qui lui est arrivé. » La généalogie est très populaire parmi les familles polonaises en ce moment. Parfois, les recherches portent aussi sur des grands-pères et des grands-mères décédés que l’on a peut-être encore connus, mais qui n’ont jamais parlé de leur sort. Ces petits-enfants ont alors besoin de beaucoup d’informations supplémentaires sur le système de la persécution nazie. Ils souhaitent que les documents et les informations les concernant soient expliqués en détail, de préférence en polonais.

 

Comment procédez-vous à la recherche ?

Pour moi, le premier moyen est de consulter notre fichier central des noms pour savoir si nous avons des informations sur cette personne. Je pourrais alors être en mesure de trouver d’autres documents. Très souvent, des informations telles que le dernier lieu de résidence ou le nom des parents, des frères et sœurs y sont cachées. Ensuite, je peux rechercher des membres de la famille avec l’aide de la Croix-Rouge, par exemple. Ma tâche principale aujourd’hui est de rechercher des membres de la famille d’anciens prisonniers des camps de concentration dont nous avons encore des effets personnels, tels que des montres ou des bijoux, dans nos archives. Il y en a des centaines en provenance de Pologne que nous devons encore retrouver pour leur rendre ces objets.

 

Y a-t-il des cas qui vous ont particulièrement marquée, dont vous vous souviendrez toujours ?

Beaucoup. Par exemple, la triste mais aussi belle histoire d’un petit garçon. Il est né en Autriche en 1945. Les nazis l’ont envoyé dans un convoi vers la Pologne avec des centaines d’enfants. Une famille polonaise l’a sauvé en chemin. Il a grandi avec eux, mais c’est seulement à la mort de ses parents que sa sœur aînée lui a raconté cette histoire. Puis, il a fait une demande chez nous. Au même moment, nous avons reçu une demande de renseignements d’un couple de Biélorusses qui avait émigré en Australie après la guerre. Ils étaient travailleurs forcés en Autriche et ont eu un enfant là-bas. Les nazis leur ont enlevé le garçon et leur ont annoncé après deux semaines qu’il était mort. C’étaient ses parents, nous avons pu retracer tout cela avec nos documents ! Le fils a ensuite retrouvé sa mère et ses frères et sœurs en Australie à l’âge de 60 ans. Malheureusement, son père était déjà mort.

 

N’est-ce pas aussi un travail assez stressant ?

Je le dis toujours : ce n’est pas un travail, c’est une mission. Nous avons affaire à l’un des chapitres les plus sombres de l’histoire de l’humanité. C’est souvent moche, il y a beaucoup de destins terribles et tristes impliqués. Mais nous avons des gens qui nous font des demandes et qui meurent d’envie de savoir tout ça. Ils veulent des éclaircissements et ont besoin de soutien pour cela. La relation personnelle qui se développe souvent au cours de la recherche, la confiance des gens et leur gratitude rendent mon travail facile. Certaines histoires ne me lâchent pas, alors je continue même à faire des recherches pendant mon temps libre !

Afficher plus

Rechercher activement et élucider

En tant que centre de documentation disposant des plus grandes archives au monde sur les victimes et les survivants du national-socialisme, les Arolsen Archives sont aujourd’hui au centre de l’attention. Certains de nos collaborateurs effectuent des recherches approfondies sur le sujet pour des chercheurs ou des journalistes, ou travaillent activement à la présentation du thème de la persécution nazie au public. Nous apportons également un éclairage sur les millions de destins sur lesquels personne ne s’est encore renseigné : par exemple avec notre campagne #StolenMemory ou les appels à la recherche que nous lançons sur notre site web et sur les réseaux sociaux.

Trois femmes, trois générations

Le grand-père de Mirjam, Abraham, a émigré en Israël sans sa femme et sa fille après sa libération du camp de concentration de Dachau. Mirjam a voulu en savoir plus sur lui et a demandé l’aide des Arolsen Archives. Les recherches ont révélé que les années de souffrance d’Abraham dans divers camps de concentration sont bien documentées dans nos archives. Une organisation humanitaire israélienne nous a soutenus dans notre recherche d’autres membres de la famille et a rapidement découvert qu’Abraham avait un fils et une autre fille en Israël. Lors d’une réunion de famille en Israël, Mirjam, sa fille et Yaffa, la demi-sœur de Mirjam, racontent ce que l’on ressent lorsqu’on a soudainement une « nouvelle » famille :

 

Support us
En savoir plus