26 millions de documents concernant les victimes des persécutions nazies en ligne

26 millions de documents concernant les victimes des persécutions nazies en ligne

Un « monument en papier » unique au monde est maintenant disponible sur internet : près de l’intégralité des fonds historiques des Arolsen Archives est accessible en ligne. Désormais, grâce à ces archives en ligne, tout un chacun de par le monde le souhaitant a accès à 26 millions de documents fournissant des informations sur 21 millions de noms* de victimes des persécutions nazies. Les Arolsen Archives ont dernièrement élargi leur collection disponible en ligne de documents concernant les travailleurs forcés et les déportations dans les camps de concentration. Cette étape a permis de publier en ligne une grande partie des documents des archives les plus complètes au monde sur les persécutions du régime national-socialiste.

En moins d’un an, les Arolsen Archives, en collaboration avec leur partenaire, l’Institut international pour la mémoire de la Shoah Yad Vashem, en Israël, ont mis en ligne près de l’intégralité de l’une des plus grosses collections concernant les victimes du national-socialisme. Les nouvelles archives en ligne avaient été lancées en mai 2019, avec 13 millions de documents. Pour cela, Yad Vashem a mis à disposition une technologie ultramoderne de consultation rapide, comportant une recherche par lieu et par nom étendue, afin de faciliter l’accès à la documentation relative à l’holocauste. L’étape actuelle est à marquer d’une pierre blanche : inscrite au patrimoine documentaire mondial de l’UNESCO, la collection portant sur les différents groupes de victimes du régime national-socialiste, le travail forcé et la migration après 1945 est maintenant accessible au public. La mise en ligne de deux fonds énormes a été la dernière étape opérée. Ils attestent les crimes des nazis au moyen de preuves uniques et sont d’une valeur inestimable pour les proches des persécutés :

  • Le fichier des travailleurs forcés – Les documents originaux et les copies relatifs à des millions de travailleurs forcés qui permettent de retracer les destins individuels : fiches de déclaration et d’enregistrement, questionnaires, correspondance écrite
  • Déportations – de Juifs, Roms et Sintés de l’ancien empire allemand, d’Autriche, de Bohême et de Moravie : les listes de convoi et de déportation comprenant des informations sur des millions de personnes déplacées dans les camps de concentration ou les ghettos.

Le fonds concernant les déportations est déjà en grande partie très bien indexé (cela signifie qu’il est par exemple possible de faire des recherches par nom). Les informations concernant les déportations depuis Berlin sont particulièrement détaillées et intéressantes. Les listes de déportation et de convoi qui y ont été établies sont en réalité des « listes de confiscation » : pour chaque déportation, il existe une lettre adressée au « Service de réalisation des actifs » du Président de l’administration des finances de Berlin. C’est sur la base de ces listes que cette administration a organisé la confiscation des biens des Juifs dans la région de Berlin.

*  « Noms » ne correspond pas forcément aux « personnes » : certains noms de victimes des persécutions nazies apparaissent sur plusieurs documents avec des orthographes différentes et ont par conséquent été comptés plusieurs fois.

Support us